fbpx
5 avril 2019

La critique ciné d’avril, par Chloé et Camille

Ça raconte quoi ?

Paul et Sofia vivent avec leur fils Corentin dans un pavillon en banlieue parisienne. L'un est un insouciant batteur punk-rock à la carrière professionnelle inexistante et l’autre est une brillante avocate d'origine magrébine qui a connu une enfance modeste en cité.

Tous les deux prônent la mixité sociale notamment quand il s'agit d'éducation. Mais leurs principes vont être mis à rude épreuve quand Corentin voit ses camarades de classe déserter l'école publique pour s'inscrire à l'institution catholique Saint Benoît. Sofia et Paul vont devoir faire un choix cornélien...

L’avis de Chloë et Camille

Après son premier long-métrage sur le même sujet (Le nom de gens), le réalisateur Michel Leclerc poursuit son portrait satirique mais tendre des rebelles de la société dans une comédie pertinente et originale.

S’il fallait choisir deux mots pour décrire cette comédie française, ça serait drôle et touchant.

« Drôle » car le film est rythmé par les jeux d’esprit d’Edouard Baer et le jonglage entre clichés et réalité. Michel Leclerc met à l’épreuve les convictions de ses personnages, pointe les faux-semblants, voilà ce que poursuit avec humour La Lutte des classes. De plus, une scène assez… surprenante et teintée d’humour vient clôturer ce long-métrage.

« Touchant » car tous les personnages ont des caractéristiques qui leur sont propres et dans lesquelles nous pouvons nous identifier : la fille de la famille, qui admire sa belle-mère mais ne veut pas l’avouer, le père qui veut être « rebelle » et ne pas rentrer dans le moule, la mère qui ferait tout pour le bien-être de son fils, etc.

Bien que le scénario puisse sembler prévisible, il n’en est rien : il aborde les clichés qui touchent Monsieur et Madame « Tout-le-monde » de manière décalée, ce qui crée un jeu dans lequel nous sommes vite entrainés. Ce scénario est une ode au « vivre ensemble », de par ses notions de partage ou, par exemple, le jardin partagé du quartier dont il est beaucoup question dans le film (en parlant de jardin partagé, n’oubliez pas le SLOW Festival, ce 26 et 27 avril !). Tout cela fait de La lutte des classes un film positif qui peut être vu en famille.

En conclusion, La lutte des classes c’est l’histoire d’une famille hors du commun mais qu’on pourrait croiser tous les jours dans les rues, c’est l’histoire d’un couple qui essaye de garder la tête hors de l’eau tout en privilégiant le bien-être de ses enfants, c’est leur histoire, c’est votre histoire, c’est la nôtre.

Retour à la liste des articles