11 mai 2018

La critique ciné de mai, par Lucile

Chaque mois retrouvez un avis personnel de l’équipe sur un film ou un jeu vidéo présent dans la programmation. Ce mois-ci, notre responsable communication, Lucile, vous parle de Everybody Knows (Todos Lo Saben) de Asghar Farhadi, le film qui a ouvert le 71ème Festival de Cannes ce mercredi.

A l’occasion du mariage de sa soeur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au coeur d’un vignoble espagnol. Mais des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

Sur papier Todos Lo Saben a tout pour plaire, un polar au pitch engageant qui évoque les secrets enfouis d’une famille, le décor nostalgique d’un petit vignoble espagnol, , un casting 3 étoiles (Javier Bardem et Pénélope Cruz) et surtout une sortie programmée pour l’ouverture de la saison cannoise avec un joli tapis rouge à la clé !

Pourtant, après des premières minutes envoutantes, cadencées par le flamenco, le film perd du rythme. Un peu trop long ou un peu trop attendu, l’œuvre manque parfois de rebondissements. La réalisation nous permet difficilement de nous accrocher aux personnages, de ressentir de l’empathie pour cette famille qui se déchire.

Malgré tout, le film possède de grandes forces. D’une part, la direction d’acteurs, justes, sans trop en faire, Javier Bardem et Pénélope Cruz montrent à l’écran la complexité des relations, amoureuses et familiales, et révèlent les facettes les plus sombres de la nature humaine. D’autre part, la photographie du film qui retranscrit parfaitement l’ambiance des petits villages bucoliques, la joyeuse frénésie des retrouvailles familiales e ou la grandeur des paysages verdoyants de l’Espagne.

A voir dans nos salles dès mercredi 16 mai ! 

Achetez votre ticket pour le film

Voir les horaires des séances

Retour à la liste des articles
Quai10